Logo
 
  Robert Marie Charles Alphonse de Banville
Quittez le village de Davenescourt en direction de Guerbigny, et vous trouverez en haut de la cote, sur votre droite, un monument élevé à la mémoire du commandant Robert de Banvile, portant les mentions 25° dragons, état major de la 1° armée, tombé pour la France le 27 mars 1918, et enfin « sa mort héroïque arrêta la marche de l’ennemi ».
 
Le commandant Robert Marie Charles Alphonse de Banville est né à Fresnes, dans l’Orne, le 23 mai 1871 ; à 19 ans il s’engage dans l’armée, suit l’école de Saint Cyr, puis l’école de cavalerie de Saumur.
Entre 1906 et 1908, il participe à la campagne de Tunisie et arrive la grande guerre pendant laquelle il sera blessé, élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur (15 octobre 1915), décoré de la Croix de guerre avec palmes (30 octobre 1915).
 
Le mois de mars 1918 se caractérise par une grande offensive allemande, à la jonction des armées françaises et anglaises ; La situation devient vite dramatique, et les lignes alliées sont enfoncées.
C’est à ce moment que le commandant de Banville, se porte, au mépris du danger, en avant de Davenescourt pour évaluer la situation, accompagné seulement d’un chauffeur. Il sera abattu par des Allemands en face de Saulchoy.
 
Dans sa sacoche, il porte à ce moment les doubles des plans d’engagement de la 1° armée ; ceux-ci tombent alors dans les mains de l’ennemi. Les documents parviennent à l’état-major allemand qui pense alors avoir en face de lui tout le dispositif défensif allié, alors que celui-ci n’a pas encore gagné ses positions. S’ensuit alors un temps d’arrêt chez les allemands, afin de se réorganiser, et de se renforcer. C’est une chance pour notre défense, et cette perte de temps permet aux troupes du général Debeney de s’installer en face des allemands et de contenir leurs assauts.
 
Le commandant de Banville repose au cimetière communal de Davenescourt, et son épouse Marthe, née du Plessis a été inhumée à ses cotés en février 1963.